La commotion cérébrale au football. Sur une relance du gardien, deux joueurs sautent pour toucher le ballon de la tête, le choc est inévitable…sauf qu’un des deux joueurs semble être plus touché que l’autre et si c’était une commotion cérébrale ? Depuis quelques années, le monde du foot et plus particulièrement le corps médical sensibilise au risque de commotion cérébrale. Dans cet article, je vous explique en consiste cet accident et comment le détecter.

Téléchargez les programmes d’entrainement

Préparation physique seniors avec 100% des exercices avec ballon

La commotion cérébrale au football

Définition

La commotion cérébrale est un dysfonctionnement temporaire du cerveau suite à un choc ou autre. Cet autre peut être tout simplement un mouvement brutal de la tête qui engendre un déplacement des structures du cerveau comme prendre un tampon brutal par exemple.

Plus de la moitié des joueurs de certaines ligues de football ont un antécédent de commotion ou des symptômes correspondant à ce type de blessure ce qui en ferait une blessure très fréquente avec entre 4% à 22% de l’ensemble des blessures au footballeur

Quels sont les symptomes ?

Au mieux  votre joueur sera sonné au pire il pourra perdre connaissance durant quelques secondes.

Les troubles peuvent inclure des maux de tête persistants, une perte de mémoire, des difficultés à se concentrer, une altération du jugement, les troubles de l’humeur et du comportement

Dans la plupart des cas, une commotion cérébrale isolée est sans gravité, si le cerveau ne connait pas de lésion. Mais si plusieurs commotions sont subis par le joueur cela peut décliner vers certaines pathologies neurodégénératives.

Que faire en cas de choc à la tête ?

Il faut toujours consulter après avoir été victime d’un traumatisme cérébral !

Bien souvent les victimes d’une commotion ne savent même pas qu’ils ont subi une commotion. Ils peuvent par exemple continuer à jouer alors qu’ils ont des séquelles irréversibles. Depuis quelques années l’UEFA et la LFP font beaucoup d’efforts pour alerter sur ce phénomène. Il y a notamment la création et la diffusion de processus pour pouvoir détecter les joueurs victimes de commotion cérébrale suite à un choc.

Les instances dirigeantes du football ont mis un peu plus de temps qu’au rugby pour statuer sur une procédure à suivre en cas de choc à la tête Ci-dessous je vous ai mis le lien vers la procédure Française.

Elle tient en quelques constations et questions à poser à votre joueur.

Exemple : mal de tête, pression dans le crane, problème d’équilibre…Dans quel stade sommes-nous, quel est le score… Il faut réaliser ce test de la manière la plus professionnelle possible.

Tout sportif présentant une suspicion de commotion cérébrale doit ÊTRE IMMÉDIATEMENT RETIRÉ DU JEU et soumis de toute urgence à un examen médical. Il ne doit ni être laissé seul, ni conduire de véhicule.

Il est important de comprendre qu’au moindre minuscule doute il faut sortir votre joueur et l’emmener consulter son médecin traitant rapidement ou se rendre aux urgences pour réaliser une imagerie cérébrale. La commotion cérébrale est bien souvent bénigne et n’entraînera aucune séquelle.

Quand reprendre le foot après une commotion cérébrale ?

Continuer à jouer suite à une commotion expose le cerveau blessé à des blessures plus graves. De même que ne pas arrêter dans les jours suivant et faire comme si de rien n’était est très grave.

Les joueurs qui bénéficient d’un repos complet dans les jours qui suivent leur commotion se remettront de leur blessure en deux à trois semaines. Par contre, ceux qui font un retour trop rapide pourront ressentir des symptômes jusqu’à trois mois après avoir subi leur choc.  La période de repos consiste à réduire au maximum toutes ses activités intellectuelles, sociales et physiques. Ainsi, il est recommandé de rester à la maison dans un lieu calme et de prendre le plus de repos possible. Non seulement on ne pratiquera pas son sport préféré, mais il ne faudra pas non plus assister aux entrainements  ou aux matches de son équipe. Le bruit, les lumières et surtout les interactions sociales pourraient augmenter les symptômes.

Ce repos total doit durer au moins un à deux jours jusqu’à  la disparition complète des symptômes

  • Repos complet jusqu’à la disparition des symptômes

  • Exercice léger, comme la marche ou le vélo pendant 10 à 15 minutes

  • Footing pendant 20 à 30 minutes

  • Passage à la pratique sur le terrain, telle que les exercices de ballon, les lancers et les autres activités sans contact (aucun contact et aucune tête)

  • Après avoir obtenu l’autorisation du médecin, exercices sur le terrain avec contact

  • Retour au jeu

Aucun joueur ne devrait reprendre le jeu avant que le médecin ne l’y autorise.

Chaque étape doit durer au moins une journée. Si le joueur présente des symptômes de commotion (mal de tête ou maux de ventre) pendant l’activité, il devrait interrompre immédiatement l’activité et se reposer pendant 24 à 48 heures. Il devrait consulter un médecin avant de reprendre le plan graduel de retour au jeu.

Vous connaissez désormais toute l’importance et la gravité que peut prendre la commotion cérébrale au football. A vous d’être vigilant désormais !

Téléchargez les programmes d’entrainement

Préparation physique seniors avec 100% des exercices avec ballon
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le foot, mais plus précisément l'entrainement de foot me passionne. Depuis plus de 10 ans, j'apprends, j'applique, j'échange au maximum pour améliorer sans cesse mon approche de la gestion de groupe. Avec ce site, je propose d'apporter le maximum d'informations aux entraîneurs à la recherche de supports pour devenir plus efficaces.