Analyse tirs aux buts France Suisse

J’avais envie de revenir sur cette élimination aux tirs aux buts de l’équipe de France par la Suisse. Ce huitième de finale se termine à 3-3 après prolongations. Les bleus s’inclinent finalement 5-4 aux tirs aux buts. A travers l’analyse vidéo de cette séance j’ai voulu mettre en avant certains points.

En préambule de cet article et de cette analyse il est très important de dire qu’en aucun cas cette analyse vise à déterminer et affirmer ce qui aurait du être fait et comment cette séance aurait pu être mieux gérées. Ce sont simplement des constats.

Il aussi faut se rappeler qu’une séance de tirs aux buts comportent un nombre élevé de paramètres différents rentrants en ligne de compte : capacité à résister à la pression, fatigue, réussite récente dans l’exercice, confiance pendant le match, positionnement dans la série, match réalisé par le gardien etc etc…

C’est une analyse simple. Je m’y suis intéressé car il avait été annoncé que les bleus avaient travaillé ce moment en amont du match.

Pour effectuer cette analyse j’ai utilisé la vidéo de Bein se concentrant exclusivement sur la séance de tirs aux buts dont voici le lien

Constatations

Première constatation la Suisse ouvre le bal et tire en premier. Ils gagnent le tosse (pas visible sur la vidéo mais sur le replay de tf1) et choisissent fort logiquement de frapper en premier. Il faut savoir que l’équipe qui tire en premier statistiquement à 60% de chance de l’emporter. Cela s’est vérifié ce soir là.

Voici le tableau présentant les prises d’informations sur les vidéos.

 

Analyse tirs aux buts France – Suisse

 

  • Les Suisses n’ont utilisé que des droitiers. Ils ne semblent pas avoir effectué un système de choix de côté. (alternance ou série) Les joueurs ont l’air libre de choisir la manière de tirer leur pénalty
  • Les Français ont eu 3 droitiers et 2 gauchers. Ils ont été mixés droitier, gaucher, droitier, gaucher, droitier. Etait-ce une stratégie ?
  • Les Français ont toujours tiré de leur côté naturel. C’est-à-dire que les droitiers ont tiré côté gauche du but et les gauchers à droite du but. En frappant côté naturel le tireur peut ainsi mettre plus de puissance et de précision dans son tir. Il n’a pas à ouvrir son pied et sa hanche dans la posture. C’est sensé être plus simple de frapper précisément. C’est peut etre plus logique et facile à lire pour le gardien aussi.
  • Lloris plonge seulement 1 fois du bon côté. La seule fois c’est lorsqu’il attend le départ du ballon pour plonger.
  • Le gardien Suisse part 3 fois du bon côté. Sur les tirs de M.Thuram, P.Kimpembe et K.M’Bappe.

Deux particularités

Deux points m’ont particulièrement marqués…surtout le deuxième

1.Les prises d’élan sont très longues avec parfois plus de 5 pas avant de frapper le ballon. Et ce de la part des 2 équipes. Cela permet de frapper plus fort mais peut induire aussi sans doute plus d’indice pour le gardien.

 

2. Observez attentivement la course d’élan de Kimpembe et de Mbappe.

J’y vois le même phénomène. Tous les deux ont un positionnement plutôt axe pour commencer. à gauche du ballon pour Mbappe(droitier) et à droite du ballon pour Kimpembe (gaucher)

Au moment de la prise d’élan, les deux joueurs effectuent un pas de coté. Les joueurs se décalent alors de l’axe. Dans cette position, il semble alors plus difficile de choisir de frapper côté ouvert car l’ouverture du pied et le positionnement du corps induirait plus de risques d’erreur. Je pense qu’il est largement plus risqué de choisir d’ouvrir le pied après s’etre décalé comme cela dans la prise d’élan. Ce n’est pas impossible mais largement plus risqué. Du coup il y a une forte probabilité que le joueur croise sa frappe en force côté naturel.

Est-ce que c’est ce pas d’écart qui a donné un indice au gardien Suisse pour partir du bon côté sur ces deux tirs aux buts ? Je ne peux pas le dire mais il est parti du bon côté sur ces deux tirs. Avait-il compris le choix de frapper côté naturel de l’équipe de France. Est-ce que tout ça est dû au hasard ??? Vous avez deux heures…

programme entrainement de foot

A PROPOS DE L'AUTEUR

Cédric DUBOIS
Cédric DUBOIS
Le foot, mais plus précisément l'entrainement de foot me passionne. Depuis plus de 20 ans, j'apprends, j'applique, j'échange au maximum pour améliorer sans cesse mon approche de la gestion de groupe. Avec ce site, je propose d'apporter le maximum d'informations aux entraîneurs à la recherche de supports pour devenir plus efficaces.

REÇOIS TON GUIDE GRATUIT “7 METHODES POUR DEVENIR UN MEILLEUR ENTRAINEUR”

Abonne-toi à la newsletter

ACCEDEZ A LA FORMATION VIDEO GRATUITE

Abonne-toi à la newsletter

COMMENT DEVENIR ENTRAINEUR DE FOOT ?
Livre gratuit entrainement de foot

VOUS VOULEZ PROGRESSER ?

Notre guide pour tous les entraineurs de foot : “7 méthodes pour devenir un meilleur entraineur + 20 exercices” vous fournit les bons conseils pour progresser.

NOS DERNIERS ARTICLES SONT JUSTE LA👇

2 réponses

  1. il y a une étude sur les stats menée par les Allemands (coupe du monde 2010 de mémoire) sur les pénaltys et les critères de réussite et plein de paramètres factuel liés à cela, il (entraineur gardien) introduise aussi des informations primordiales pour le gardien juste avant les séries, comme joueur en confiance ou joueur échec durant le match, historique des pénaltys tiré avec côté de préférence et course .

    Merci pour ton analyse hyper cohérente sur le fait de frapper avec ouverture ou fermeture, les Allemands on fait coïncider les stats sur ouverture = joueurs en confiance fermeture = jouer qui doute ( préférence a choisir la puissance pour sécuriser sa frappe lors du doute ) .

    En tout cas au niveau des prises d’élan je trouve incroyable que a leur niveau et arriver à ce stade de la compétition on voit encore des joueurs prendre deux pas d’élan ( idem pour le pénalty de rashFord et saka) c’est trop peu enfin je pense….. ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cart
  • No products in the cart.