ppbal

Préparation physique : n’oubliez pas votre ballon !

5 Commentaires

Pour prolonger notre série d’article sur la préparation physique je vous propose aujourd’hui une autre approche que le tout physique : la préparation physique intégrée.

 

Téléchargez les guides de préparation physique pour obtenir une équipe en pleine possession de ses moyens

 

Au niveau physique, le football est un sport où se succèdent sprints courts à intensités maximales, courses à vitesse moyenne, footing et marche. Les déplacements suivent tous les axes.

Les gestes techniques à effectuer nécessitent équilibre, qualité d’appuis et d’impulsion, adaptation permanente de la foulée en fréquence et amplitude et adaptation de la position du corps. La répétition de ces gestes et des déplacements nécessite une excellente récupération physique et nécessite une capacité à répéter ces gestes tout au long du match avec la même qualité.

Le but de l’entraînement est de tendre vers une séance reproduisant le contexte d’un match avec une maîtrise optimum de ces facteurs afin de tendre vers une densité de travail permettant de tenir le temps de jeu sans baisse de régime au cours des rencontres de la saison.

La préparation physique doit être au service du jeu. Il faut donc savoir changer la planification du travail physique de la phase de préparation générale en travail spécifique avec ballon et jeu et ce en conservant l’intensité et la durée des séances sans ballon.

Bien entendu la plupart des footballeurs ont une énorme réticence à participer activement aux séances dites “physiques”. Ce constat doit amener les entraîneurs à intégrer le plus souvent possible le ballon dans des exercices physiques afin d’en augmenter l’intérêt et de faire progresser le joueur dans ces phases de déplacement avec ballon, pour coller à la réalité d’un match de foot.

Le but de l’entraînement y sera de favoriser cette adaptation motrice parr des exercices psychomoteurs. Ceux ci, une fois maitrisés trouvent pleinement leurs places dans le travail physique et permettent de travailler ainsi les qualités de déplacement et de coordination sur des volumes importants et à de hautes intensités.

 Nous pouvons affirmer que ne pas les utiliser serait une grave erreur méthodologique dans la logique de l’entraînement.

 

Ce mode d’entraînement prend en compte :

1. La motivation des joueurs.

2. les situations de jeu réel en augmentant le nombre de situations biomécaniques qui sont réalisées en compétition.

3. la tactique.

4. Les besoins métaboliques proche de ceux en match

5. Le nombre de lésions décroît de part la reproduction de situations que le joueur est habitué à faire.

 

En revanche, il existe deux inconvénients de poids qui doivent être analysé:

1. Contrôler la charge et l’intensité de l’entrainement est plus compliqué.

2. La mise en place et l’organisation doit être plus soignée et demande plus d’attention

 

Avantages et inconvénients :

 

Avec Ballon
Sans Ballon
AVANTAGES
Augmentation de la motivation Controle optimal de la charge de travail
Améliore la technique Progrès facilement décelable
Améliore l’intelligence tactique Comparaison des joueurs possibles
Optimise le temps et la charge de l’entrainement Mobilisation de la motivation
Baisse du nombre de blessures

 

En classifiant les exercices par nombre de joueurs, on peut regrouper ceux ci en trois groupes physiologiques distincts:

• Les exercices de 8contre8 à 5contre5: Ceux ci sont adaptés au développement de la capacité aérobie (85/90% fcmax)

• Les exercices de 4contre4 à 3contre3: Ceux ci sont adaptés au développement de la puissance aérobie. (90/95%fcmax)

• Les exercices de 2contre2 : Ceux ci sont adaptés au développement des capacités anaérobies (vitesse,explosivité)

 

Les exercices de possession de balle sans gardien augmente l’intensité en réduisant les arrêt de jeu. Par conséquent, des exercices de possession sans gardien permettent d’effectuer un travail avec plus de joueurs en maintenant une intensité importante. De plus, en donnant des consignes comme par exemple la réduction du nombre de touches de balle, le rythme de jeu s’accélère augmentant encore l’intensité.

Les joueurs s’entrainant à base de jeux réduits avec ballon s’améliorèrent sur la puissance de cuisse, les sprints et en agilité. Les joueurs s’entrainant sans ballon régressèrent sur ces mêmes qualités sans gagner sur les autres qualités. De plus, on constate une plus grande progression dans les efforts aérobie spécifiques au jeu.

Sachez donc, qu’en pré-saison, la dominante du travail doit être faite à base d’exercices sans ballon et ceux afin de bien maîtriser la charge de travail en fonction des groupes de différents niveaux de vos joueurs. Mais dès le départ et progressivement il faut inclure dans le cycle physique les exercices avec ballon. Ceux-ci sans que le joueur ne s’en rende compte lui fera travailler les différentes composantes souhaitées en fonction de l’exercice choisi, la taille du terrain, le nombre de joueur dans l’équipe.

 

Pensez donc bien qu’un banal exercice de conservation de balles a plus d’impact physique sur vos joueurs que vous ne le pensez.

 

A vous donc de ne pas trop charger vos joueurs en exercices physiques en ajoutant trop d’exercices sans ballon, qui feront double emploi avec certains jeux avec ballon.

 

Concernant les jeunes, les exercices avec ballon doivent être à 80% le travail premier.

cedric duboisPréparation physique : n’oubliez pas votre ballon !

Commentaires 5

  1. Ferreira ilidio (1 comments)

    bonjour,

    je suis éducateur seniors en DSR (ligue d’aquitaine), je trouve votre site très simple et efficace, a l’exemple de l’article ci-dessus.
    toutes mes séances sont basées sur du jeu au service du physique.
    les joueurs sont beaucoup plus réceptifs et motivés pour venir a l’entrainement.
    je n’ai pas les moyens d’individualiser le travail car nous ne sommes que 2 (mon adjoint et moi)
    donc, nous faisons avec les moyens du bord, mais bon, on se plaint pas (nous venons de vivre 3 montées successives).
    j’avais une question a vous poser, malgré le niveau auquel nous allons évoluer cette saison, j’envisage tout de même (nous ne payons pas les joueurs, ni même de prime de match) de ne tenir que 2 séances par semaine, de 2 heures chacune, et de pouvoir 2 fois par mois, le lundi soir, une séance plus spécifique (attaquant, défenseur ou renforcement musculaire)
    qu’en pensez-vous?

    félicitation pour votre travail

    cordialement

  2. Cédric (7 comments)

    Bonjour

    Merci pour les compliments !

    Dans votre configuration, deux séances par semaine ne me choquent pas plus que ça surtout si toutes les deux semaines vous ajouter cette séance spécifique. En revanche, là où un gardien peut faire sa séance de spécifique dès le lendemain d’un match pour les joueurs c’est plus compliqué voir même à proscrire. Il faut respecter 48h de temps de repos pour refaire un travail spécifique.

    Je partirais sur une séance le mardi, la spécifique mercredi ou jeudi et la dernière le vendredi. Maintenant je ne connais pas vos disponibilités par rapport à tout ça. Mais l’option de cette séance spécifique me va bien.

  3. brandini (1 comments)

    Bonjour,
    Je suis entraîneur de junior en Suisse, j’apprécie énormément votre site. très instructif.
    C’est vrai que le physique avec des jeunes de 14-15 ans passe par le jeu, vitesse de réaction.
    Mais il faut aussi travaillé un travail de fond le physique à la reprise de janvier mais très progressivement.
    Je vous félicite pour vos analyse.

    1. Post
      Author
      cedric dubois (58 comments)

      Merci pour les compliments !

      Effectivement, il ne faut pas rester sectaire les deux méthodes se complètent. Simplement le jeu permet de travailler en véritable situation de match.

      La période de prépa de début de saison ou de reprise suite à la trêve permet de travailler en spécifique et donc comme vous l’indiquez parfaitement, le travail spécifique est tout indiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *