Paroles d’entraîneur : Sébastien Mahé – 2ans après (part 2)

Après la première partie la semaine dernière, voici la suite de mon interview de Sébastien Mahé entraineur principal du Carnac.FC (DSR 56) Dans cette deuxième partie nous évoquons ensemble et plus en détails la fin de saison dernière avec l’horizon de la descente mais aussi la dernière période estivale avec le renouveau de ce début de saison. Sébastien nous parle de son cheminement et de ce qu’il a pu tirer de cette situation difficile d’un point de vue résultat mais enrichissante dans sa vie d’entraineur. On y apprend comment il a fait face à la spirale négative et comment il a procédé pour s’en sortir

Avec le recul, est-ce qu’il y a eu des moments clefs qui ont amené à cette descente? Des choses que tu as ratées ou que tu as mal évaluées ? Ou au contraire ; que ton groupe n’a pas su gérer malgré ton travail ?

Oui, complétement. Tout d’abord, le début de saison où on démarre avec un nul et 3 défaites. Le truc qui te met dans le trou d’entrée. Il y avait beaucoup de nouveaux joueurs et plusieurs absents, du coup on a joué avec une équipe bis. D’ailleurs, ça s’est automatiquement répercuté sur la B qui a débuté avec un nul puis 4 défaites. Il manquait quasiment 50% des effectifs. Ensuite, les deux équipes ont réagi pour enchaîner des séries de 6 matchs sans défaite. En janvier, la B était donc deuxième et la A bien calée en milieu de tableau.

Seulement, la trêve a été longue avec les intempéries et nous avons joué beaucoup de matchs amicaux. Cette longue période sur synthétique nous a pénalisé car nous avons perdu plusieurs éléments clés pour redémarrer 2014. Pourtant, nous battons Chartres avant la réception de la réserve de la Vitréenne à venir. Ils étaient derniers avec plus de 10 points de retard sur le premier non relégable ! En gagnant ce match, nous pouvons monter sur le podium. La saison se joue sur ce match ! La Vitréenne aligne une équipe improbable avec de nombreux éléments de CFA 2. Je n’ai aucune explication rationnelle à donner concernant ce match. Je me demande encore pourquoi Vitré nous a fait ce coup ! On nous refuse le but du 2-2 à la 85ème pour un hors-jeu de position ! Ce jour là, certains joueurs coupables de grosses erreurs individuelles y ont laissé leur mental. Trop peu d’éléments ont continué à tirer le groupe vers le haut. Cette baisse de régime aura toutefois eu le mérite de voir l’éclosion de certains joueurs. Nous avons enchaîné les défaites avant de nous reprendre à 4 journées de la fin, mais c’était trop tard. Une saison se joue sur des détails ! Si nous gagnons ce match contre la Vitréenne ce n’est pas la même limonade car nous nous retrouvons à une place inespérée et derrière tout peut s’enchaîner. Au contraire, la défaite a enrayé la dynamique du groupe et quand on a un groupe très restreint, il est bien difficile de trouver des solutions. Maintenant, je reste fier de ce que les joueurs ont réalisé car même dans la difficulté, ils n’ont jamais abdiqué. On s’est battu avec nos armes mais contre certains adversaires ça ne pouvait pas suffire.

paroles d'entraineurs

C’est-à-dire ?

La saison dernière nous ne luttions pas à armes égales. Nous avons battus toutes les équipes réserves lors de la poule aller mais au retour nous avons encaissé 4 défaites contre des demi équipes de CFA ou CFA 2. C’est frustrant de descendre à cause de clubs qui faussent le championnat en alignant deux 11 différents d’un week-end à l’autre. Le pire, c’est que ces réserves n’ont pas pris de points contre nos concurrents directs au maintien. Seul le Stade Rennais a joué le jeu et s’est sauvé honnêtement !

Quelles solutions tu as mise en place pour enrayer les mauvaises passes ?

Il faut consolider l’esprit de groupe. C’est souvent davantage un problème mental que technique. Il faut refuser d’être dans l’acceptation de la défaite. Mais les solutions sont minimes. Il n’y a pas de remède miracle ! Tu peux mettre 5 séances hebdomadaires, c’est pas ça qui poussera les joueurs à aller au charbon le dimanche. Il faut relativiser le résultat et s’appuyer sur le contenu tout en faisant comprendre aux joueurs qu’il devient vital de briser la dynamique. Tu dois essayer de responsabiliser tes gars, leur faire admettre que la seule chance de survie provient d’un investissement total de l’ensemble du groupe pas seulement de 5 joueurs ou ni même de 11.

Après l’entame de saison catastrophique, la réception de Combourg a lancé notre saison. Réduits à 10 au bout de 20 minutes, nous sommes menés 1-0 puis 2-1 avant d’égaliser et d’avoir même une balle de match. Ce jour là, il s’est passé un truc. Derrière nous avons enchaîné deux mois et demi sans connaître la défaite. Tous les éléments étaient en notre faveur, les poteaux étaient rentrants, les buts dans les arrêts de jeu pour nous… Il y avait ce sentiment d’être invincible et les joueurs jouaient libérés ! Tous les déboires rencontrés lors des 4 premières rencontres semblaient s’équilibrer.

Bref, pour enrayer une série négative, je pense qu’il faut s’appuyer sur l’humain autant que sur le joueur et fournir du concret. Tu peux t’appuyer sur une base de joueurs ou un secteur fort mais c’est plus aléatoire.

Au final quelles sont les choses majeures que tu as apprises ?

J’ai un constat qui va sans doute choquer mais bon c’est un point de vue personnel qui sera partagé par certains, pas par d’autres.

La saison dernière, nous avons joué au foot. Nous avons tenté de fournir du jeu à tous les matchs, marquer des buts… Parfois avec succès, parfois sans ! Jamais nous ne sommes sortis du terrain sans avoir eu la volonté de produire du jeu. Parfois, nous sommes passés à côté mais ça arrive à tout le monde. A côté de ça, certaines équipes s’appuient sur une défense de fer et gagnent 75% de leurs matchs sur des coups de pieds arrêtés. Nous avons souvent joué des athlètes et pas des footballeurs.

J’ai donc appris qu’on pouvait gagner un match de foot sans jouer au foot ! Certains adversaires se reconnaîtront mais je m’en tape car c’est la vérité ! Je ne vois pas où est le plaisir de défendre sur deux lignes de 5 pour balancer des ballons à la mort et lancer des pressings afin de gagner des touches ou des corners.

Même en coupe de France, contre la National du VOC, nous sommes restés fidèles à nos principes. D’ailleurs, ironie du sort, leurs deux premiers buts sont marqués sur des contres. Nous sommes sortis de la coupe au 5ème tour mais le sourire aux lèvres d’avoir réussi à développer du jeu contre un tel adversaire. C’est pas mieux que de sortir au 7ème en jouant à 9 derrière pour finir par prendre un but sur corner et perdre 1-0 ?

Nous sommes descendus mais au moins nous sommes allés au bout de nos idées !

paroles d'entraineurs

Vient l’intersaison avec la descente, comment as-tu imaginé la deuxième saison et surtout comment l’as-tu préparée ? Changes-tu des choses par rapport à la première  prépa d’avant saison ? Constitution du groupe ? Gestion de groupe ?

Déjà, il était hors de question que je quitte l’aventure. J’avais la confiance du président et des dirigeants. Je me devais d’être digne de toutes ces marques de sympathie. Notre capitaine a eu l’opportunité de retourner jouer en CFA . Il a 26 ans, il n’avait pas le droit de ne pas tenter sa chance. Pour le reste du groupe, les choses étaient claires. D’un point de vue humain, nous avions vécues une super saison. Les mecs voulaient rester ensemble, jouer dans une équipe de copains. Cet état d’esprit était flagrant et je peux vous assurer que ça a donné envie à beaucoup de joueurs de nous rejoindre. Le recrutement a été simple car les gars que j’ai rencontrés avaient envie de venir même si ce n’était que de la DSR(3ème niveau régional). Du coup, elle a été plus simple à gérer pour moi. Ce n’était pas un chantier mais juste des ajustements. Je n’ai pas changé mes habitudes avec une prépa poussée en août mais ludique car il faut donner envie aux joueurs de venir. Le souci de la prépa à notre niveau c’est que les gars arrivent au compte-goutte et s’absentent au milieu. Il faut de nombreuses semaines pour mettre tout le groupe au même niveau. Pour le groupe, j’avais une dizaines de valeurs sûres, nous avons donc recruté 6 joueurs. 16 ce n’est pas suffisant pour une saison, mais en prenant davantage de gars nous aurions bloqué certains éléments de B qui ont du potentiel et peuvent exploser en cours de saison. La gestion n’est pas plus compliquée, les nouveaux arrivants ont l’état d’esprit des joueurs qui étaient là l’an dernier. Il n’y a aucun souci de cohabitation et la concurrence entre eux est saine. J’ai des joueurs qui sont au service de l’équipe mais surtout au service du club et ça c’est top !

L’autocritique est primordiale ?

Evidemment ! Quand tu enchaînes plusieurs matchs compliqués, tu es contraint de remettre en question certains principes. L’entraîneur a toujours sa part de responsabilités lorsque l’équipe traverse une spirale négative. Tu peux tout remettre en question: l’entraînement, les causeries, les choix tactiques, la gestion du groupe… C’est pas simple de trouver ce qui ne va pas ! Si tu pars du principe que seuls les joueurs peuvent se bouger et sortir l’équipe de sa dynamique néfaste c’est que t’es démissionnaire. C’est à toi de trouver les mots, de remotiver, redonner confiance à tes gars. Malheureusement, parfois ça ne suffit pas.

Est-ce que à un moment tu as eu tendance à douter de toi, à te dévaluer, si oui qu’est-ce qui a fait que tu as retrouvé la confiance et ai cru en toi ?

La remise en cause est une chose importante par contre je ne doute de rien. J’ai confiance en mes joueurs et en moi-même. N’allez pas croire que c’est un manque d’humilité mais le doute n’est pas un sentiment très porteur quand on cherche un second souffle. Je fais en sorte de toujours donner le maximum que ce soit dans la préparation des séances et des matchs et je sais que mon groupe aime autant le foot et la compétition que moi. Quand ça va moins bien, nous faisons le nécessaire pour réagir.

Après 4 mois de cette saison, qu’est-ce tu as changé par rapport à la première saison ?

Nous sommes restés sur la même ligne de conduite. Nous avons récupéré les profils de joueurs qui nous ont cruellement fait défaut la saison dernière. Plusieurs joueurs à vocation défensive notamment. Nous sommes rapidement parvenus à un équilibre. Etant plus complets dans tous les domaines nous continuons à faire évoluer notre fond de jeu. Offensivement, nous nous procurons beaucoup d’occasions. Reste plus qu’à les convertir. D’un point de vue état d’esprit, nous n’avons rien changé. Quand t’as 95% de l’effectif qui reste malgré une descente c’est que tout n’est pas à jeter.

Quels sont tes premières constations ?

Nous progressons de semaine en semaine maintenant que le groupe est athlétiquement homogène. Nos temps forts sont de plus en plus longs et oppressants pour nos adversaires. Concernant les temps faibles, nous arrivons à bien conserver le ballon pour ne pas trop subir. Nous encaissons peu de buts: 10 en 15 matchs officiels. Le groupe vit bien ensemble et un groupe d’une quinzaine de joueurs se détache. C’est un luxe que nous n’avions pas la saison passée. La A est en haut du classement, la B également !

Maintenant, il va falloir gagner en régularité pour pouvoir se maintenir sur cette dynamique mais les signes tendent à nous rendre plutôt optimistes.

En deux ans, nous sommes parvenus à construire une équipe qui correspond au projet du club. Nous avons rajeuni l’effectif. Parmi les joueurs régulièrement convoqués en DSR, le plus âgé vient de fêter ses 29 ans ! Nous jouons avec un gardien U19 également. Les jeunes s’installent peu à peu dans ce groupe et la cohabitation inter générationnelle se passe très bien. Il y a une grosse équipe de copains ce qui est très porteur mais peut aussi créer des difficultés. En match, les mecs sont solidaires comme lors du derby à Quiberon où nous sommes réduits à 10 peu après la mi-temps. Nous parvenons à l’emporter en marquant en infériorité. Par contre, cette grosse ambiance peut parfois être un facteur négatif. A l’entraînement, où ça chambre beaucoup et où il faut souvent reprendre le groupe pour travailler tactiquement. En match, comme contre l’AS Plouhinec où dès l’échauffement je n’ai pas senti les gars se préparer pour un gros match. Maintenant, je préfère avoir ce type de souci à gérer que l’inverse avec des mecs qui se prennent la tête pour rien.

trouver des guides d'netrainements de foot

Le foot, mais plus précisément l'entrainement de foot me passionne. Depuis plus de 10 ans, j'apprends, j'applique, j'échange au maximum pour améliorer sans cesse mon approche de la gestion de groupe. Avec ce site, je propose d'apporter le maximum d'informations aux entraîneurs à la recherche de supports pour devenir plus efficaces.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *